Narbonne, une étape sur la route vers Carcassonne

Voilà le récit d’un troisième voyage en Ouigo. Cette fois ci, nous avons opté pour Montpellier : sur la carte tout semble simple : le coût d’Ouigo était dérisoire (45€ A/R personne) et il y a un peu plus que 150km entre Montpellier et Carcassonne, du coup le plan c’était de prendre la voiture de location et y aller en se permettant quelques écarts sur la rue, et l’exploration.

In fine on n’a pas vraiment vu le vrai centre-ville de Montpellier, mais on a aperçu l’arène de Nîmes en route par le train et, une fois qu’on a récupéré la voiture de location, nous avons quitté Montpellier en supposant qu’on visitera la ville le dernier jour de notre séjour au sud (i.e. le 26/03/16).

En attendant nous avons pris la direction de Narbonne, car la ville porte un nom connu (ce nom me fait penser de « Gaule narbonnaise » dont on mentionne dans l’histoire du Rome ancien). Bref, on s’est dit qu’il y a des choses à voir là-bas. Effectivement, nous avons trouvé une petite ville plutôt sympa, avec ses églises, son château fort servant comme la mairie et l’ancien quartier commercial médiéval à côté du canal de la Robine. Il y a même un de ces ponts complètement couvert par des maisons (le Pont des Marchands).

Narbonne

Je note deux cotés très sympa à Narbonne : le parking gratuit à la proximité du centre historique (le long du canal) et les boulangeries avec des très bonnes pâtisseries dans ce centre-ville. Une ville définitivement à visiter (ou plutôt revisiter dans notre cas).

L’histoire de Narbonne

La ville a effectivement une histoire très ancienne, commençant en 118 av. J.-C. comme une colonie romaine du nom de Colonia Narbo Martius. Localisé sur la « via Domitia » qui faisait le lien entre l’Italie et l’Espagne, c’était un des comptoirs commerciaux et étape de voyage. L’Empire romain a donné l’élan à la ville qui a devenu la ville le plus important de la Gaule (35000 habitants, importance stratégique d’un nœud économico-militaire).

Après la période très difficile de fin d’antiquité et domination des Visigoths la ville est tombée en 719 brièvement sous contrôle arabe, des Omeyyades (pendant 40 ans). Visiblement ils auraient voulu y rester bien plus longtemps (ils firent venir d’Afrique du Nord des familles entières avec femmes et enfants afin d’élargir les bases de leur occupation), mais après les guerres perdues avec des Francs, ces territoires ont tombé de nouveau sur emprise des souverains germaniques. La perte de Narbonne a marqué l’inversion de tendance en Occident, où les souverains chrétiens ont repris l’initiative et ont graduellement repoussé les états Sarrasins. Par la suite Narbonne restait une ville importante (des nombreuses bâtiments de l’époque du moyen âge, Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur, Le palais des archevêques de Narbonne, ayant la fonction semblable au château d’Avignon), sans pour autant jouer un rôle au premier plan de l’histoire de la France.

Narbonne, Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur

Après la visite de ville, de ses monuments, et un petit gouter au bord de canal nous sommes repartis en direction de Carcassonne sous le coucher de soleil …

 

P1590775 Narbonne.JPG
P1590781 Narbonne.JPG
P1590786 Narbonne.JPG
P1590790 Narbonne.JPG
P1590791 Narbonne.JPG
P1590792 Narbonne.JPG
P1590731 Narbonne.JPG
P1590733 Narbonne.JPG
P1590734 Narbonne.JPG
P1590735 Narbonne.JPG
P1590737 Narbonne.JPG
P1590739 Narbonne.JPG